Mobilisation lycéenne : on a suivi le "mardi noir"